Tranquillement au cinéma ou au théâtre avec un masque chirurgical!

Amis cramés de la Bobine bonjour, 

On sent dans l’air les fleurs du printemps et … la proche ouverture des cinémas. Ce matin je tombe sur cet article édité par France Inter, et ne résiste pas au plaisir de vous faire profiter de l’essentiel : 

Nous connaissons tous la règle : il faut se tenir à au moins un mètre de distance les uns des autres pour limiter la propagation du coronavirus. Mais est-ce suffisant pour passer entre les gouttes d’aérosols ? Non, pour des chercheurs du MIT, le Massachusetts Institute of Technology, qui estiment que cette distanciation physique « n’offre que peu de protection », comme ils l’expliquent dans une étude publiée mardi.

Pour pallier l’absence de consignes de sécurité sur comment nous comporter, ils ont mis en ligne un modélisateur très précis qui nous dit quand et comment nous risquons d’être contaminés dans un lieu clos, en s’appuyant sur des calculs savants. L’outil prend en compte le temps passé dans un endroit, l’aspect « cumulatif » du temps d’exposition, les dimensions du lieu, la ventilation, le port du masque, le nombre de personnes et, surtout, leurs comportements.

Et pour le cinéma ce texte dit ceci :

Tranquillement au cinéma ou au théâtre avec un masque chirurgical

Si et quand les salles de cinéma ou de théâtre rouvriront, selon le modélisateur, il y aura très peu de risques d’y être contaminé. Prenons une salle très mal ventilée, de 300 mètres carré et quatre mètres de hauteur sous plafond. Cent spectateurs non-vaccinés de moins de 60 ans pourront y être installés, avec un masque chirurgical bien mis, sans parler, sans s’activer, pendant 97 heures avant d’être exposés au variant britannique, 156 heures même pour la forme classique du virus.

Tranquillement au cinéma ou au théâtre avec un masque en tissu simple

Si ces mêmes spectateurs, dans les mêmes conditions, portent correctement un masque en coton mono-couche, les durées s’abaissent à huit et treize heures, donc au moins quatre films.

A bientôt

Visioconférence Vendredi

Chers amis Cramés, 
Je me permets de faire un peu de pub pour la visioconférence Zoom que je vais donner vendredi 9 avril, de 15 h à 16 h 30 sur Quatrevingt-treize, le grand roman de Victor Hugo, dans le cadre de l’Université du Temps Libre de Montargis, qui poursuit ses activités malgré le contexte sanitaire et auprès de laquelle il faut s’inscrire si l’on est intéressé.  En espérant vous retrouver bientôt pour la réouverture des cinémas et la reprise de nos activités.
Amitiés
Claude Sabatier

En attendant l’Alticiné

Amis Cramés de la Bobine, bonjour,

Nous avions prévu pendant ce second confinement (soyons optimistes) de continuer de parler cinéma. Tout d’abord, nous souhaitons vous remercier, car vous êtes encore nombreux à nous lire. Une centaine de lecteurs par semaine, nous avons eu davantage de fréquentation, mais en ces temps difficiles, c’est bien. Et, le saviez-vous, il y a un tiers de nouveaux lecteurs chaque mois et quelques lecteurs réguliers de divers pays du monde que nous saluons.

Cette période nous y oblige, le blog a modifié un peu son objectif, vous vous souvenez : « continuer ici même la discussion sur les films après les avoir vus et en avoir débattu ». Débattre un film, c’est passer d’un imaginaire à un autre. Notre imagination d’abord conduite par le réalisateur s’en libère et devient exploratrice. Et un film comme un rêve ne vaut que si on l’ explore. Écrire dessus, c’est tenter de l’explorer encore.

Actuellement, dans le blog, nous parlons d’autres choses : De notre mémoire de films, parfois de nouveautés, aux choix, avec pour seul désir de continuer à échanger, partager. Et nous remercions tous les auteurs qui pendant cette « Période Sans Alticiné », ont écrit. Eliane, Marie-No, Chantal, Dominique, Laurence, Pauline…

Pour l’instant, nous n’avons pas de nouveaux auteurs ou de nouveaux articles, alors, nous allons faire une pause quelques jours. Toutefois, chaque jour nous laisserons une image d’un film parfois célèbre, le plus souvent présenté aux Cramés de la bobine… A vous de jouer! (voir ci-dessous)

Avant qu’Alticiné rouvre ses portes et nous accueille, on s’en réjouit d’avance, regardons sur le Site des Cramés de la Bobine… UNE PROGRAMMATION DU TONNERRE !

À bientôt. Portons-nous bien.
Amicalement, L’équipe du blog

Question du jour : de quel film s’agit-il ? Ecrivez votre réponse à georges.joniaux45@orange.fr

Michel-Ange (Il Peccato)Andreï Konchalovsky-Portrait de l’artiste en enragé

En souvenir de notre W.E Italien voici, avec l’aimable autorisation d’Herodote.net, cette belle revue d’histoire, un article d’Isabelle Gregor.

21 octobre 2020. Andreï Konchalovsky a relevé le défi de porter Michel-Ange au cinéma, avec Alberto Testone dans le rôle-titre. Le réalisateur russe s’était déjà illustré en cosignant le scénario d’Andreï Roublev (1966, Andreï Tarkovsky). Il s’attache à montrer cette fois-ci l’artiste confronté à ses mécènes et à ses propres tourments…

Disons-le tout net : si vous souhaitez découvrir Michel-Ange et son œuvre, n’allez pas voir ce film. On sent bien que le réalisateur russe Andrey Konchalovsky, lauréat de deux Lions d’argent à Venise, n’est pas là pour pallier aux cours d’histoire de l’Art du collège.  

Vous ne saurez donc rien de l’origine du talent de cet artiste et de son parcours jusqu’à la réalisation de la Chapelle Sixtine. Vous ne pourrez en sortant d’une séance vous targuer de détenir enfin la clé de son génie de peintre, de sculpteur et d’architecte. Enfin n’espérez pas mieux comprendre ses difficultés d’homme de la Renaissance perdu au milieu d’une époque aussi brillante que dangereuse.

Tout cela, il faudra le chercher ailleurs, même si le film tente d’expliciter les querelles de clocher qui l’ont amené à se mettre successivement au service de deux puissantes familles, les Della Rovere et les Médicis.

Ambition, cupidité, trahison… Les « péchés » qu’évoque le titre du film sont ceux d’un être pathétique, mangé par le doute et la paranoïa mais prêt à tout pour assouvir sa quête d’absolu.

Trop orgueilleux, Michel-Ange ?

Certainement : il n’y a qu’à compter les projets démesurés qu’il n’a pu faire aboutir, à commencer par le tombeau du pape Jules II autour duquel tourne une bonne partie de l’intrigue.

Nous sommes bien face à une « canaille divine » que le réalisateur ne cherche nullement à rendre sympathique mais dont il tient à dévoiler les déchirures.

Pour cela, il s’appuie sur la beauté des décors de la Toscane, bien sûr, mais aussi sur une reconstitution poussée de l’époque, allant jusqu’à recréer une Chapelle Sixtine en travaux plus vraie que nature. Mais ce souci de reconstitution est tellement poussé qu’il en devient parfois pesant. On peut en effet trouver quelque peu artificiel que marmots, poules et contenus de pots de chambre traversent l’écran toujours au bon moment…

On peut reprocher un montage trop haché, notamment au début qui nous promène d’un bout à l’autre de l’Italie sans ménagement et au risque de nous perdre. Heureusement le film prend plus d’ampleur dès lors que la caméra s’arrête dans les montagnes de Carrare pour quelques scènes qui, enfin, créent chez le spectateur un léger frisson d’inquiétude. Un peu de suspense, enfin ?

Finalement, on ne peut tenir rigueur à ce Michel-Ange de ne pas être un film hollywoodien trépidant où l’on aurait convoqué tous les génies de la Renaissance avec reproduction bien visible de leurs œuvres les plus connues. Ce n’est pas son but. Il s’agit avant tout du portrait d’un homme habité par son Art au point de se perdre dans ses propres rêves. Tant pis pour les personnages secondaires qui apparaissent du coup bien pâlots. Mais les quelques images de détails de ses œuvres, lors des dernières secondes, suffisent à elles seules à témoigner de la force de ce génie, finalement si fragile.

Isabelle Grégor

Le Ciné des Cramés de la Bobine

Amis Cramés de la Bobine, bonjour,

Cette semaine vous avez pu lire l’extrait n°2 du journal de Dominique, dont Marie-No souligne la drôlerie, le détachement ironique et tendre sur les films. Annie ajoute c’est le billet d’une cinéphile dont le naturel nous laisse sous le charme. (Le n°3 sera pour dimanche).

Pour notre plus grande joie, Claude revient avec un film qu’il a aimé revoir « Tous les matins du Monde » d’Alain Corneau, « un film austère et chaleureux » nous dit-il. Claude nous livre un commentaire qui donne envie de voir ou revoir ce film.

Les prochaines sorties cinématographiques :

Marie-No a vu pour nous en prévisionnement Family Romance de Werner Herzog, je ne suis pas sûr qu’elle ait adoré ce film !

Martine P nous parle de « Énorme un film de Sophie Letourneur », elle a su saisir ce film curieusement composé…

Georges a vu Antigone de Sophie Deraspe un film Canadien, très actuel, comme tous les mythes. Un  grand premier film.

A la semaine prochaine.
Bon et prudent déconfinement, Amitiés

Georges

Le Ciné des Cramés de la Bobine

 Chers Amis Cramés de la Bobine, Bonjour,

D’abord merci aux auteurs, c’est un bonheur de recevoir vos articles et de les mettre en ligne. Merci aux lecteurs qui ne manquent jamais de jeter un œil sur le blog et de s’y promener si affinité. Et justement heureux de cette affinité commune pour le cinéma. Par ces temps de confinement, l’idée de voir un film le soir, même à la télé, est comme une récompense et la promesse de jours meilleurs. En parler tout autant. N’hésitez pas à nous écrire, ce blog c’est vous !

Ces jours-ci, le blog s’habille en mardi soir avec quelques prévisionnements de films à venir : Marie-No a vu « Malmkrog de Cristi Puiu » et quel œil ! Elle a vu aussi un documentaire « Israel, le voyage interdit de Jean-Pierre Lledo » (première partie : Kippour) l’histoire d’une découverte, une sorte de visite d’étonnement, avec tendresse.

Parmi les films aimés, en voici un dont on est heureux de se souvenir grâce à Marie-Annick. Bagdad Café de Percy Adlon.Vous aurez aussi lu « Elle, de Paul Verhoeven », la détestation de Pauline . Ce n’est pas si facile de bien détester, Pauline le réussit, avec son punch, toujours sagace et entière.

À bientôt, prenez soin de vous. 
Amitiés
Georges

Kinorama 77

Pour avoir participé à cet événement en 2018, sorti mon « Maurice », mais surtout passé 3 jours épatants, je vous encourage à vivre, vous aussi, cette formidable expérience.

C’est du 5 au 7 juillet 2019 à Avon et les inscriptions sont ouvertes

« Faire bien avec rien,

faire mieux avec peu… mais le faire maintenant ! »

https://kinorama77.wixsite.com/avoblo