« Poesia sin fin » d’ Alejandro Jodorowsky

 

Revoir le film. Tout de suite.
(une pensée pour le temps du cinéma permanent. On entrait pour 1, 2, 3 séances …)

En attendant laisser déjà infuser toutes les émotions qui sont restées avant de rattraper, en deuxième séance, toutes celles qui se sont envolées avec les papillons.

On pourrait distinguer chaque personnage de chair et de sang.
Quel foisonnement d’impressions, d’émotions !
Avec Alejandro, d’abord ! Passionnant et follement attachant à tous les âges.
Avec tous ceux qui se sont libérés des conventions, pour longtemps, comme les deux soeurs, momentanément, comme Stella qui contre toute attente et en dépit des apparences se préserve pour  son « prince venu des montagnes » qui va finir par arriver et la transformer . Elle qui tenait Alejandro par les « partidas intimas » est depuis lors blafarde tout de blanc vêtue, ses longs cheveux rouges coupés au carré . Attention risque de corset ! Ou bien elle laissera repousser ses cheveux.
Avec ceux qui n’ont rien choisi comme Pequenita, ceux qui n’ont pas eu la force de choisir comme Enrique et aussi probablement tous les morts vivants qui dorment et vieillissent pendant qu’ils dorment.

En plus des personnages, chaque élément du film est un personnage.
Le corset justement de la mère : intact après l’incendie de la maison , juste un peu sali . Cette mère qui chante et aurait dû chanter davantage et qui s’est laissée entraver dans ce corset dont son fils la libère en le faisant s’envoler, accroché à un bouquet de ballons !
Le tricycle aussi est intact et le restera toujours même si Alejandro crie « adieu ! » à son enfance. Ni lui, ni personne ne se sépare jamais de l’enfant qu’il a été.

La fin du film est d’une infinie tristesse avec la scène imaginée de la réconciliation d’Alejandro avec son père. Scène qui commence par un affrontement : Alejandro  est devenu plus fort que son père, il n’a plus peur, il le frappe, à terre, à grands coups de pied, comme son père l’avait autrefois obligé, lui, à frapper un pauvre « voleur ». Puis quand il lui tend la main pour le relever et faire la paix d’une poignée de main virile et convenable, l’Alejandro de 87 ans intervient pour que son père et lui se serrent dans les bras et s’embrassent. Enfin . Mais même pour imaginer cette réconciliation, qui n’a jamais eu lieu, Alejandro doit d’abord changer son père, lui mettre la tête et le visage à nu et lui ôter sa blouse de boutiquier. Impossible réconciliation . Et pourtant « Gracias padre ».

Ne pas avoir vu, comme c’est mon cas, « La danza de la realidad » permet peut-être de mieux goûter « Poesia sin fin » et de faire une entrée fracassante dans le monde de Jodorowsky. Comme en transe dans un tourbillon qui transporte et déracine. Et constater que des chaussures de clown sont restées en bas.

Marie-Noël

1 réflexion sur « « Poesia sin fin » d’ Alejandro Jodorowsky »

  1. Yin-Yang
    J’ai souvenir d’un 10-18 que j’ai lu il y a fort longtemps, « le panique d’Arrabal, Jodorowsky et Topor ». Dans l’intro, je crois me souvenir qu’ils affirmaient qu’on se devait de penser simultanément une chose et son contraire, à l’image des gnostiques hérétiques médiévaux. Et c’est justement ça que je vais essayer de pratiquer, être à ma mesure, un peu panique. J’ai été comme chacun séduit sans réserve par la brillante présentation de Jean-Pierre, tout autant par le billet de Marie-Noëlle. Mais la coloration narcissique permanente du génie de Jodorowsky me trouble. C’est une question de goût, aux solaires, je préfère les lunaires à l’image de Topor et Sternberg. Quant au devenir libre envers et contre tout que proclame le film, il n’a pas été sans me rappeler Almodovar. Tout ça pour dire que, j’ai aimé ce film, et que parfois il m’a agacé, à la fois séduit et rebuté.
    Georges

Laisser un commentaire