« Le monde est à toi » de Romain Gavras

Le Monde est à toi : Affiche

Date de sortie 15 août 2018 (1h 41)
De Romain Gavras
Avec Karim Leklou, IsabelleAdjani
Vincent Cassel
Genres Action Comédie
Nationalité Française

Le Monde est à toi : AfficheC’était sûr que j’allais y aller, alléchée par la distribution, par les 4 nominations à la Quinzaine des  Réalisateurs, par le nom du réalisateur et par la bande annonce aussi. Je suis une proie facile …
Et qu’un film ait réussi à se faire, à sortir est déjà un exploit.
Bon, quand on s’appelle Gavras, ça aide … Mais seulement au début.
Après on sort les chiffres.

Oui, je suis contente  d’avoir vu ce film.
Le sujet de départ, assez  fourre-tout, semble aussi, de prime abord,  assez bateau.
« François, petit dealer, a un rêve : devenir le distributeur officiel de Mr Freeze au Maghreb. Cette vie, qu’il convoite tant, vole en éclat quand il apprend que Dany, sa mère, a dépensé toutes ses économies. Poutine, le caïd lunatique de la cité propose à François un plan en Espagne pour se refaire. Mais quand tout son entourage : Lamya son amour de jeunesse, Henri un ancien beau-père à la ramasse tout juste sorti de prison, les deux jeunes Mohamed complotistes et sa mère chef d’un gang de femmes pickpockets, s’en mêle, rien ne va se passer comme prévu ! »
Le film ne se passe pas non plus comme prévu. Il se  déroule en rythme, sans temps mort, chaque plan est travaillé, chaque image léchée, un peu « surléchée » peut-être parfois, antécédents de faiseur de clip oblige.
La bonne surprise c’est que chaque personnage existe et que le tableau des lascars de banlieue est plus subtilement brossé qu’attendu. Il y a des jeunes, certains très doux, vrais gentils, d’autres vrais vrais méchants,  il y a aussi des vieux, attardés, englués, pitoyables. Un avocat véreux, Philippe Katherine décidément bon acteur, un business man redoutable, François Damiens, heureusement contenu.
Tous sont crédibles. Tous sont vrais.
La distribution est d’enfer !
Isabelle Adjani, la belle, figée pour l’éternité dans sa beauté reconstituée, se moquant ouvertement de sa condition de condamnée à rester jolie, dans le rôle de Dany la déjantée, voleuse classe, du Chanel, du Gucci  et leurs cousins sinon rien, menteuse, joueuse, Vincent Cassel « en bouc » visiblement postiche, le gag !, dans le rôle d’Henry, un gugusse qui sort juste de taule, scotché aux fake news étalées sur sa tablette,enchaîné dehors. Cassel, émouvant, formidable, si juste, dans un rôle de beauf sans cervelle, vieillissant.
Et puis il y a François, banlieusard traité à tout va de « sale bicot », grandi et gardé jalousement par sa mère qui lui passe encore la main dans les cheveux et lui tapote la joue comme quand il avait 5 ans, qui le garde jalousement dans son giron pour l’empêcher de sortir de sa condition.
Il la trahira et ce ne sera pourtant pas pour son salut car Lamya l’a pris dans ses filets et elle sait les gestes « cheveux, joue » qui le cloue sur place !
Alors pas de bol, François ? ou bien veut-t-il rester tout contre le sein maternel protecteur ?

Karim Leklou  incarne François et ce n’était pas une mince affaire de réussir à faire passer l’émotion dans ce personnage falot, grassouillet.
La scène de la danse du ventre totalement décalée est surprenante !
On a vu Karim Leklou dans « La source des femmes », « Suzanne », « Réparer les vivants ».
Il n’a pas fini de nous étonner et de nous réjouir.

Le Monde est à toi : Affiche

Lamya, interprétée par la « Divine » Oulaya Amamra, sans foi ni loi, voleuse, menteuse, prostituée à l’occasion,selon la demande.
Lamya ne roule que pour elle-même et y met tout son courage.
L’image de fin de François trempant dans sa micro piscine illustre la dimension de son ambition à lui raisonnable petit poisson tranquille …
Mais Lamya ne trempe pas dans la même eau, elle est aux manettes. Attention, danger !

On y parle « complotisme » mais le  film met aussi l’accent sur un sujet important encore peu traité dans le cinéma actuel :
L’exploitation  des migrants, aujourd’hui.
Sujet d’actualité, pour longtemps.

 

Résultat de recherche d'images pour "triangle billard américain"

Disperser, regrouper, disperser
Jusqu’à ce que le jeu s’arrête.

Marie-No

1 réflexion sur « « Le monde est à toi » de Romain Gavras »

  1. Merci Marie-No pour ce conseil. Comment quand on est le fils de… passer de Costa Gavras à la Costa Brava. Autant papa était grave et « pédagogique », autant Romain, le fils, c’est l’humour, l’ironie, la dérision, la truculence en plus et ça tape juste. Bien d’accord avec Marie-No, quelle distribution! et Isabelle Adjani retrouvée.
    Un film qui nous dit que les chemins du « paradis » sont pavés de mauvaises intentions.

Laisser un commentaire